Rechercher
Fermez ce champ de recherche.

Qu’est-ce que le SIEM ? Définition, composants et capacités

Les cybermenaces sont entrées dans une nouvelle ère de création et de déploiement. Qu’ils soient motivés par un conflit international ou par le profit financier, la capacité des groupes à modifier des éléments d’infrastructure critiques n’a jamais été aussi grande. Les pressions économiques externes et les tensions internationales ne sont pas les seuls facteurs augmentant le risque de cyberattaque : le volume considérable d'appareils et de logiciels connectés peut facilement dépasse les quatre chiffres pour les entreprises établies.

La gestion des informations et des événements de sécurité (SIEM) vise à exploiter la quantité de données générées par d’énormes piles technologiques et à renverser la situation contre les attaquants. Cet article couvrira la définition du SIEM, ainsi que les applications pratiques du SIEM qui transforment des piles de sécurité disparates en un tout cohérent et sensible au contexte.

Comment fonctionne SIEM ?

SIEM est une approche globale introduite par l'Institut Gartner en 2005, visant à exploiter les nombreuses données des appareils et des journaux d'événements au sein d'un réseau. Au fil du temps, les logiciels SIEM ont évolué pour intégrer l'analyse du comportement des utilisateurs et des entités (UEBA) et des améliorations de l'IA, alignant l'activité des applications sur les indicateurs de compromission. Mis en œuvre efficacement, le SIEM sert de défense proactive du réseau, fonctionnant comme un système d'alarme pour identifier les menaces potentielles et offrant un aperçu des méthodes d'accès non autorisées.

À la base, SIEM combine la gestion des informations de sécurité (SIM) et la gestion des événements de sécurité (SEM) dans un système unifié. Il regroupe, recherche et rapporte les données de l'ensemble de l'environnement réseau, rendant ainsi de grandes quantités d'informations facilement compréhensibles pour une analyse humaine. Ces données consolidées permettent des enquêtes détaillées et une surveillance des violations de sécurité des données. Essentiellement, la technologie SIEM agit comme un système de gestion de sécurité holistique, surveillant en permanence et répondant aux menaces potentielles en temps réel.

6 composants et capacités SIEM clés

Les éléments fondamentaux qui constituent un système robuste de gestion des informations et des événements de sécurité sont aussi variés que les données qu'il ingère. Des composants de base qui regroupent et analysent les données aux fonctionnalités avancées qui améliorent la détection et la réponse aux menaces, la compréhension des fonctionnalités SIEM critiques vous aidera à déterminer la manière dont vous choisissez de protéger votre organisation contre les menaces de cybersécurité.

#1. Gestion des journaux

Le logiciel SIEM joue un rôle essentiel dans la gestion et la consolidation des données de journaux pour garantir une compréhension complète de l'environnement informatique d'une organisation. Ce processus implique la collecte de données de journaux et d'événements provenant de diverses sources telles que des applications, des appareils, des réseaux, des infrastructures et des systèmes. Les données recueillies sont analysées pour fournir un aperçu global. Les journaux provenant de diverses sources sont regroupés et normalisés dans un format commun, simplifiant ainsi l'analyse. Différents formats de journaux, notamment syslog, JSON et XML, sont pris en charge. Cette collecte est rendue possible grâce au large éventail d’options d’intégration.
Diverses intégrations SIEM sont couramment utilisées, dont beaucoup incluent :
  • Agents: Intégrés aux serveurs sources cibles, les agents logiciels SIEM fonctionnent comme des services distincts, transmettant le contenu des journaux à la solution SIEM.

  • Connexions API : Les journaux sont collectés via les points de terminaison de l'API, à l'aide de clés API. Cette méthode est fréquemment utilisée pour les applications tierces et cloud.

  • Intégrations d'applications :  Situées côté SIEM, ces intégrations gèrent les données dans divers formats et utilisent des protocoles spécifiques des systèmes sources. Ils extraient les champs pertinents et créent des visualisations adaptées à des cas d'utilisation spécifiques. De nombreuses intégrations proposent également des visualisations prédéfinies pour divers scénarios.

  • Webhooks : Cette méthode est utilisée pour transférer les données de la solution SIEM vers une autre plateforme, déclenchée par une règle. Par exemple, une intégration avec Slack peut envoyer des alertes à un canal désigné, informant une équipe d'un problème nécessitant une enquête.

  • Scripts écrits sur mesure : Les ingénieurs peuvent exécuter des scripts planifiés et personnalisés pour collecter des données à partir des systèmes sources. Ces scripts formatent les données des journaux et les transmettent au logiciel SIEM dans le cadre du processus d'intégration.
Pour améliorer la recherche et la compréhension pour les analystes de sécurité, les outils SIEM utilisent des techniques d'analyse et d'enrichissement des journaux. Les journaux bruts sont transformés en informations lisibles par l'homme, décomposant les données en horodatages, types d'événements, adresses IP sources, noms d'utilisateur, données de géolocalisation et contexte utilisateur. Cette étape rationalise le processus d'analyse et améliore l'interprétabilité des entrées de journal.

De plus, les outils SIEM garantissent le stockage et la conservation des données de journaux dans un référentiel centralisé pendant des périodes prolongées. Cette capacité s'avère inestimable pour les enquêtes médico-légales, l'analyse historique et le respect de la conformité, constituant une ressource cruciale pour maintenir un enregistrement complet des événements au fil du temps.

#2. Intelligence et détection des menaces

Les attaquants sophistiqués dotés d’une expertise et de ressources suffisantes sont une réalité. Si vous devenez leur cible, ils rechercheront méticuleusement les vulnérabilités à exploiter. Malgré l’utilisation d’outils de sécurité de premier ordre, il est impossible de découvrir toutes les menaces potentielles. C’est là que le concept de chasse aux menaces devient crucial. Sa mission fondamentale est d’identifier et de découvrir précisément ce type d’attaquants.

Dans le domaine de la chasse aux menaces, les données sont la clé du succès. Sans une vision claire des activités du système, une réponse efficace devient impossible. La décision quant aux systèmes à partir desquels extraire les données dépend souvent de la portée analytique, dont le SIEM offre l'une des plus larges portées disponibles.

#3. Notifications et alertes

Il est inutile de collecter des journaux si les données ne sont pas traduites en actions : les notifications permettent aux analystes de sécurité de devancer les menaces en cours avant que les attaquants ne puissent exploiter leurs faiblesses. Au lieu de parcourir de vastes volumes de données brutes, les alertes SIEM offrent une perspective ciblée et hiérarchisée sur les menaces potentielles. Ils accentuent les événements exigeant une attention immédiate, rationalisant ainsi le processus de réponse des équipes de sécurité.

Les alertes SIEM sont classées en fonction de leur gravité et de leur importance.

Certains des déclencheurs d’alerte les plus courants sont :
  • Plusieurs tentatives de connexion échouées: Déclenchée par de nombreuses tentatives de connexion infructueuses à partir d'une source unique, cette alerte est vitale pour détecter d'éventuelles attaques par force brute ou tentatives d'accès non autorisées.

  • Verrouillages de compte : Point culminant des tentatives de connexion infructueuses, le verrouillage d’un compte signale une menace potentielle pour la sécurité. Cette alerte permet d'identifier les informations d'identification compromises ou les tentatives d'accès non autorisées.

  • Comportement suspect des utilisateurs : Déclenchée lorsque les actions d'un utilisateur s'écartent de leurs schémas habituels, comme l'accès à des ressources inhabituelles ou la modification des autorisations, cette alerte est cruciale pour identifier les menaces internes ou les comptes compromis.

  • Détection de logiciels malveillants ou de virus : Les alertes SIEM peuvent identifier les logiciels malveillants ou les virus connus en surveillant le comportement ou les signatures suspectes des fichiers, permettant une prévention rapide et minimisant les dommages potentiels.

  • Trafic réseau inhabituel :Déclenchée par des quantités ou des modèles anormaux d'activité réseau, comme une augmentation soudaine des transferts de données ou des connexions à des adresses IP sur liste noire, cette alerte signale des attaques potentielles ou une exfiltration de données non autorisée.

  • Perte ou fuite de données : Générée lorsque des données sensibles sont transférées en dehors de l'organisation ou consultées par un utilisateur non autorisé, cette alerte est essentielle pour protéger la propriété intellectuelle et garantir le respect des réglementations en matière de protection des données.

  • Temps d'arrêt du système ou du service : Déclenchée lors de perturbations de systèmes ou de services critiques, cette alerte est essentielle pour une prise de conscience, une enquête et une atténuation rapides afin de minimiser les impacts sur les opérations commerciales.

  • Détection d'intrusion: Les alertes SIEM peuvent identifier les tentatives d'intrusion potentielles, telles que les accès non autorisés ou les tentatives d'exploitation contre des systèmes vulnérables, jouant un rôle crucial dans la prévention des accès non autorisés et la protection des informations sensibles.
Cela représente beaucoup d'alertes, et les outils SIEM traditionnels sont coupables de traiter la plupart d'entre elles avec le même degré d'urgence. En conséquence, il est de plus en plus important que les outils modernes mettent fin aux alertes qui envoient des alertes au personnel de sécurité surchargé et commencent à identifier les menaces réellement importantes.

#4. Identification intelligente des incidents

En principe, les SIEM sont conçus pour passer au crible les données et les distiller en alertes exploitables pour les utilisateurs. Néanmoins, la présence de plusieurs couches de configurations d’alerte et complexes conduit souvent à un scénario dans lequel les utilisateurs sont confrontés à « une pile d’aiguilles » plutôt qu’à l’objectif visé de « trouver l’aiguille dans la botte de foin ».

Les SIEM compromettent souvent leur vitesse et leur fidélité en raison de la simple tentative d'être exhaustif dans la portée des fonctionnalités.

Fondamentalement, ces règles – fixées par le centre d'opérations de sécurité (SOC) d'une organisation – posent un double défi. Si trop peu de règles sont définies, le risque de négliger les menaces de sécurité augmente. En revanche, définir un excès de règles entraîne une recrudescence des faux positifs. Cette abondance d’alertes oblige les analystes de sécurité à se démener pour enquêter sur de nombreuses alertes, la majorité s’avérant sans conséquence. L’afflux de faux positifs qui en résulte non seulement fait perdre un temps précieux au personnel, mais augmente également la probabilité de négliger une menace légitime au milieu du bruit.

Pour bénéficier d’avantages optimaux en matière de sécurité informatique, les règles doivent passer de critères statiques actuels à des conditions adaptatives générées et mises à jour de manière autonome. Ces règles adaptatives doivent évoluer en permanence en intégrant les dernières informations sur les événements de sécurité, les renseignements sur les menaces, le contexte commercial et les évolutions de l'environnement informatique. De plus, un niveau de règles plus approfondi est nécessaire, doté de la capacité d’analyser une séquence d’événements à la manière des analystes humains.

Agiles et extrêmement précis, ces systèmes d'automatisation dynamiques identifient rapidement un plus grand nombre de menaces, minimisent les faux positifs et remodèlent le double défi actuel des règles en un outil très efficace. Cette transformation renforce leur capacité à protéger les PME et les entreprises contre diverses menaces de sécurité.

#5. Analyse médico-légale

L’un des effets d’entraînement de l’analyse intelligente est sa capacité à dynamiser l’analyse médico-légale. L'équipe médico-légale joue un rôle crucial dans les enquêtes sur les incidents de sécurité en rassemblant et en analysant méticuleusement les preuves disponibles. Grâce à un examen attentif de ces preuves, ils reconstituent la séquence des événements liés au crime, reconstituant ainsi un récit qui fournit des indices précieux pour l'analyse continue des analystes du crime. Chaque élément de preuve contribue à l’élaboration de leur théorie, mettant en lumière l’auteur et ses motivations criminelles.

Cependant, l'équipe a besoin de temps pour maîtriser les nouveaux outils et les configurer efficacement, garantissant ainsi que l'organisation est bien préparée à se défendre contre les menaces de cybersécurité et les attaques potentielles. La phase initiale implique une surveillance continue, nécessitant une solution capable de surveiller la multitude de données de journaux générées sur le réseau. Imaginez une perspective complète à 360 degrés semblable à un poste de garde circulaire.

L'étape suivante implique la création de requêtes de recherche qui prennent en charge vos analystes. Lors de l'évaluation des programmes de sécurité, deux mesures clés sont souvent prises en compte : le temps moyen de détection (MTTD), mesurant le temps nécessaire pour identifier un incident de sécurité, et le temps moyen de réponse (MTTR), représentant le temps nécessaire pour remédier à l'incident après. Découverte. Même si les technologies de détection ont évolué au cours de la dernière décennie, entraînant une baisse significative du MTTD, le temps moyen de réponse (MTTR) reste constamment élevé. Pour résoudre ce problème, il est crucial d’augmenter les données provenant de divers systèmes dotés d’un contexte historique et médico-légal riche. En créant une chronologie centralisée unique des événements, intégrant des preuves provenant de plusieurs sources et en s'intégrant au SIEM, cette chronologie peut être convertie en journaux et téléchargée vers le compartiment AWS S3 de votre choix, facilitant ainsi une réponse plus efficace aux incidents de sécurité.

#6. Reporting, audit et tableaux de bord

Essentiels à toute solution SIEM compétente, les tableaux de bord jouent un rôle essentiel dans les étapes de post-agrégation et de normalisation de l'analyse des données de journaux. Une fois les données collectées à partir de diverses sources, la solution SIEM les prépare pour l'analyse. Les résultats de cette analyse sont ensuite traduits en informations exploitables, présentées de manière pratique via des tableaux de bord. Pour faciliter le processus d'intégration, de nombreuses solutions SIEM incluent des tableaux de bord préconfigurés, rationalisant l'assimilation du système pour votre équipe. Il est important que vos analystes puissent personnaliser leurs tableaux de bord lorsque cela est nécessaire – cela peut donner un avantage considérable à l'analyse humaine, permettant ainsi une assistance rapide en cas de compromission.

Comment SIEM se compare à d’autres outils

La gestion des informations et des événements de sécurité (SIEM), l'orchestration, l'automatisation et la réponse de sécurité (SOAR), la détection et la réponse étendues (XDR), la détection et la réponse des points de terminaison (EDR) et le centre d'opérations de sécurité (SOC) font partie intégrante de la cybersécurité moderne. chacun remplissant des rôles distincts. En décomposant chaque outil en fonction de son objectif, de sa fonction et de son cas d'utilisation, voici un bref aperçu de la façon dont SIEM se compare aux outils voisins :

Focus Fonctionnalités  Case Study
SIEM Principalement centré sur l’analyse des données de journaux et d’événements pour la détection des menaces et la conformité. Agrége, corrèle et analyse les données pour générer des alertes et des rapports. Idéal pour surveiller et répondre aux incidents de sécurité en fonction de règles prédéfinies.
SOAR Orchestration et automatisation des processus de sécurité. Intègre des outils, automatise les actions de réponse et rationalise les flux de travail de réponse aux incidents. Améliore l'efficacité en automatisant les tâches répétitives, la réponse aux incidents et la coordination des flux de travail.
XDR S'étend au-delà des capacités SIEM traditionnelles, en intégrant les données de divers outils de sécurité. Fournit une détection avancée des menaces, une enquête et une réponse sur plusieurs couches de sécurité. Offre une approche plus complète et intégrée de la détection et de la réponse aux menaces.
EDR Se concentre sur la surveillance et la réponse aux menaces au niveau des points finaux. Surveille les activités des points finaux, détecte et répond aux menaces, et offre une visibilité sur les points finaux. Indispensable pour détecter et atténuer les menaces ciblant des appareils individuels.
SOC En tant qu'entité organisationnelle supervisant les opérations de cybersécurité, son objectif est de protéger les clients et de maintenir l'efficacité des processus de sécurité. Comprend les personnes, les processus et la technologie pour une surveillance, une détection, une réponse et une atténuation continues. Hub centralisé gérant les opérations de sécurité, exploitant souvent des outils tels que SIEM, EDR et XDR.
En résumé, ces outils se complètent et les organisations déploient souvent une combinaison pour créer un écosystème de cybersécurité robuste. SIEM est fondamental, tandis que SOAR, XDR, EDR et SOC offrent des fonctionnalités spécialisées et des capacités étendues en matière d'automatisation, de détection complète des menaces, de sécurité des points finaux et de gestion globale des opérations.

Comment (ne pas) mettre en œuvre le SIEM

Comme tous les outils, votre SIEM doit être correctement configuré afin de fournir les meilleurs résultats. Les erreurs suivantes peuvent avoir un effet profondément préjudiciable, même sur un logiciel SIEM de haute qualité :
  • Surveillance de la portée : Négliger de prendre en compte l'étendue de votre entreprise et l'ingestion de données nécessaire peut amener le système à effectuer trois fois la charge de travail prévue, entraînant des inefficacités et une pression sur les ressources.

  • Manque de commentaires : Un feedback limité ou absent pendant les essais et la mise en œuvre prive le système du contexte des menaces, ce qui entraîne une augmentation du nombre de faux positifs et compromet la précision de la détection des menaces.

  • "Réglez-le et oubliez-le": L'adoption d'un style de configuration passif « définissez-le et oubliez-le » entrave la croissance du SIEM et sa capacité à intégrer de nouvelles données. Cette approche limite d'emblée le potentiel du système et le rend de plus en plus inefficace à mesure que l'entreprise se développe.

  • Exclusion des parties prenantes :Le fait de ne pas impliquer les parties prenantes et les employés dans le processus de déploiement expose le système à des erreurs d’employés et à de mauvaises pratiques de cybersécurité. Cette surveillance peut compromettre l’efficacité globale du SIEM.
Au lieu de tâtonner et d'espérer trouver la meilleure solution SIEM pour votre cas d'utilisation, les 7 étapes suivantes peuvent garantir une mise en œuvre SIEM sans tracas qui prend en charge au mieux vos équipes de sécurité et vos clients :
  • Rédigez un plan qui prend en compte votre pile de sécurité actuelle, vos exigences de conformité et vos attentes.
  • Identifiez les informations et sources de données cruciales au sein du réseau de votre organisation.
  • Assurez-vous d'avoir un expert SIEM dans votre équipe pour diriger le processus de configuration.
  • Éduquer le personnel et tous les utilisateurs du réseau sur les meilleures pratiques pour le nouveau système.
  • Déterminez les types de données les plus critiques à protéger au sein de votre organisation.
  • Choisissez les types de données que vous souhaitez que votre système collecte, en gardant à l'esprit qu'il n'est pas toujours préférable d'avoir plus de données.
  • Prévoyez du temps pour les tests avant la mise en œuvre finale.
Après une mise en œuvre réussie du SIEM, les analystes de sécurité bénéficient d'un nouvel aperçu du paysage applicatif qu'ils protègent.

La solution SIEM nouvelle génération de Stellar Cyber

Le SIEM nouvelle génération de Stellar Cyber ​​fait partie intégrante de la suite Stellar Cyber, méticuleusement conçu pour responsabiliser les équipes de sécurité réduites, leur permettant de concentrer leurs efforts sur la mise en œuvre des mesures de sécurité précises essentielles à l'entreprise. Cette solution complète optimise l'efficacité, garantissant que même les équipes disposant de peu de ressources peuvent fonctionner à grande échelle.

Incorporant sans effort les données de divers contrôles de sécurité, systèmes informatiques et outils de productivité, Stellar Cyber ​​s'intègre de manière transparente aux connecteurs prédéfinis, éliminant ainsi le besoin d'intervention humaine. La plateforme normalise et enrichit automatiquement les données provenant de n'importe quelle source, en intégrant un contexte crucial comme les renseignements sur les menaces, les détails des utilisateurs, les informations sur les actifs et la localisation GEO. Cela permet à Stellar Cyber ​​de faciliter une analyse de données complète et évolutive. Le résultat est une vision sans précédent du paysage des menaces de demain.

Pour en savoir plus, vous êtes invités à lire sur notre Capacités de la plateforme SIEM de nouvelle génération.